Le Zen ...




Le Maître du Zen : Paroles et Silence (Claude DURIX)

Livre - Le Maître de Zen, Parole et Silence - Claude DURIX

Auteur : Claude Durix
Éditeur : Guy Trédaniel éditeur (1990) 
Claude Durix, chirurgien ophtalmologiste a exercé toute sa vie au Maroc. Passionné par le Japon depuis sa plus petite enfance grâce aux récits d'une grand-tante religieuse missionnaire dans ce pays, il apprend le japonais et pratique les arts martiaux dès 1944, pendant la guerre, dans le désert de Lybie. Il sera finalement l'un des plus hauts gradés occidentaux, puisqu'il est 5e dan de Kendô, 3e dan de judô, 2e dan d'Aïkidô et 3e dan de Iaïdô. 

Il a participé comme combattant à trois championnats du monde de Kendô. Le 31 octobre 1956, il franchit pour la première fois la porte monumentale du Manpuku-ji près de Kyôtô, maison-mère de la branche Ôbaku du Zen. Il est accueilli par le Maître du monastère, Sengoku Rôshi qui lui donne en même temps, son amitié et son enseignement. Il est le premier disciple chrétien de ce Maître et le premier laïc chrétien, catholique, de notre époque, à mener la vie des moines Zen. Après ce premier séjour de quatre mois, il donne des conférences sur le Zen et commence la pratique de Zazen, la méditation du Zen, pour la première fois sur le contient africain. Au cours d'un second séjour au monastère en 1959, il réalise, avec l'aide et sous les directives du Maître Sengoku Rôshi un film sur la vie quotidienne des moines Zen. Sengoku Rôshi le charge d'enseigner le Zen dans son pays.Ce livre raconte l'histoire du Maître de Zen Sengoku Rôshi et de son enseignement très simple, respectueux des traditions et des héritages spirituels de ceux qui le suivent, et toujours soucieux de s'adapter aux environnements nouveaux dans lesquels il est appelé à se développer. " Vous ne devez pas nous imiter servilement, disait le Maître, le Zen en Europe doit être européen. Vous devez créer, créer, créer... ! " Telles furent ses dernières paroles.


Zen et Arts martiaux (Taïsen DESHIMARU)

Livre - Zen et Arts martiaux - Taïsen DESHIMARU

Auteur : Taïsen Deshimaru 
Éditeur : Albin Michel 
Résumé : 
L'esprit du Zen fut introduit au Japon chez un peuple dont la guerre était l'occupation habituelle. Ce fut le génie du Zen de transformer les techniques brutales de la guerre en arts qui ne se souciaient plus seulement de l'efficacité guerrière mais de la recherche de soi-même. Le sabre, l'arc et la flèche, instruments de mort devinrent des supports de méditation.
Sous cette influence naquit le Bushido, code d'honneur, discipline chevaleresque qui recommande le désintéressement et le mépris de la mort. Tant et si bien que le Zen fut, cette voie d'éveil, appelé "la religion des samouraïs".
En termes vifs et imagés, parfois même en s'amusant, Maître Deshimaru répond aux questions de ses disciples, sans jamais leur faire oublier que Zen et arts martiaux sont l'apprentissage de la vie et de la mort.


Zen, ou comment passer sur l'autre rive (Claude DURIX)

Livre - Zen (ou comment passer sur l'autre rive) - Claude DURIX


Auteur : Claude Durix
Éditeur : Guy Trédaniel éditeur (1990) 
Claude Durix, chirurgien ophtalmologiste a exercé toute sa vie au Maroc. Passionné par le Japon depuis sa plus petite enfance grâce aux récits d'une grand-tante religieuse missionnaire dans ce pays, il apprend le japonais et pratique les arts martiaux dès 1944, pendant la guerre, dans le désert de Lybie. Il sera finalement l'un des plus hauts gradés occidentaux, puisqu'il est 5e dan de Kendô, 3e dan de judô, 2e dan d'Aïkidô et 3e dan de Iaïdô. 

Il a participé comme combattant à trois championnats du monde de Kendô. Le 31 octobre 1956, il franchit pour la première fois la porte monumentale du Manpuku-ji près de Kyôtô, maison-mère de la branche Ôbaku du Zen. Il est accueilli par le Maître du monastère, Sengoku Rôshi qui lui donne en même temps, son amitié et son enseignement. Il est le premier disciple chrétien de ce Maître et le premier laïc chrétien, catholique, de notre époque, à mener la vie des moines Zen. Après ce premier séjour de quatre mois, il donne des conférences sur le Zen et commence la pratique de Zazen, la méditation du Zen, pour la première fois sur le contient africain. Au cours d'un second séjour au monastère en 1959, il réalise, avec l'aide et sous les directives du Maître Sengoku Rôshi un film sur la vie quotidienne des moines Zen. Sengoku Rôshi le charge d'enseigner le Zen dans son pays.Ce livre raconte l'histoire du Maître de Zen Sengoku Rôshi et de son enseignement très simple, respectueux des traditions et des héritages spirituels de ceux qui le suivent, et toujours soucieux de s'adapter aux environnements nouveaux dans lesquels il est appelé à se développer. " Vous ne devez pas nous imiter servilement, disait le Maître, le Zen en Europe doit être européen. Vous devez créer, créer, créer... ! " Telles furent ses dernières paroles.

Comments